À leur corps offensant

delacroix_la_liberte_guidant_le_peupleLes FEMEN. Sujet de discussion récurrent sur tous les plateaux de télévision, dans tous les repas de famille, devant toutes les machines à café. Vont-elles « trop loin » ? Servent-elles correctement la cause qu’elles défendent ? Partout on s’interroge, on s’offusque, on débat. Jonglant entre l’art et la manière, la fin et les moyens. Bref, partout, on parle. Mais pendant que l’on discute de la forme, elles font.

Elles agissent. Elles interviennent. Elles s’interposent. Loin des salons confinés, des terrasses de café, des éditoriaux mondains, elles démontrent, s’il le fallait, que la notion de courage n’est pas directement corrélée à la possession de gonades mâles. Ainsi exposent-elles leur corps dénudé aux foudres de ceux qui habituellement fustigent le « politiquement correct » mais qui, étrangement, goûtent peu aux provocations « patriarcalement incorrectes ».

Car la méthode est crue, directe et virulente : une nudité affichée, assumée, revendiquée et du bruit, du vacarme, du fracas. Soit l’exact opposé de ce que grand nombre de sociétés et de civilisations demande habituellement à une femme. À savoir, qu’elle se cache, et qu’elle se taise. De l’enfance à l’âge adulte, chaque étape de la vie comporte son lot d’avilissements plus ou moins vigoureux. On ne naît pas « sexe faible », on le devient.

Ainsi, la radicalité des FEMEN répond à deux impératifs : l’utilisation des médias toujours friands de scandales et surtout, une situation d’urgence devenue insupportable. 174 femmes mortes sous les coups de leur « compagnon » en 2012 pour le pays des droits de l’homme ; définitivement pas celui du droit des femmes. Des exactions, des discriminations, des violences dans tous les pays du monde, sous couvert de religion, de tradition, d’habitude. Le sexisme est le frère d’un racisme qui transcende les cultures.

D’où l’importance d’un mouvement universaliste créé par des ukrainiennes mais repris par delà les nationalités, et agissant selon un mode opératoire identique quelque soit le pays. Car le droit des femmes n’est pas négociable en fonction d’un certain particularisme régional ou culturel. À Bamako, New-York ou Islamabad, l’impulsion est donnée et l’exemple se répand. La fatalité recule à mesure que germe dans les esprits la possibilité de vaincre l’hypocrisie et la peur. L’action reste le seul moyen d’obtenir une prise de conscience salutaire pour une égalité de traitement qu’elles réclament, seules et déterminées, à corps et à cris.

La femme n’est pas l’avenir de l’homme, car le temps de l’homme comme référent est passé.

 

Guillaume Meurice

20/06/2013

Publicités

4 Commentaires

Classé dans CHRONIQUES

4 réponses à “À leur corps offensant

  1. Je suis femme et pas le moins du monde puritaine. Plutôt genre ex soixante-huitarde. Plutôt génération hippie : « Faites l’amour, pas la guerre »
    Ce qui n’empêche que j’abhorre ce mouvement des FEMEN.
    La nudité contre les armes ? Oui, mais pourquoi des nudités aux plastiques irréprochables ? Ce genre de plastiques qui transforment les mecs en loups de Tex Avery avec une langue qui balaie le sol.
    Ce n’est certainement pas en excitant la libido de mecs qu’on leur inspire de saines idéologies.
    La nudité contre les armes, j’y croirais si cette nudité n’était pas aussi voluptueuse, si elle était celle de femmes aux corps déformés par les grossesses ou par les métiers pénibles, ou simplement moins esthétiques.
    De nombreuses femmes se sont illustrées par leur courage qui n’ont jamais eu besoin d’utiliser leurs charmes pour combattre ; elles ont combattu avec des idées et de l’opiniâtreté.
    La nudité affichée des FEMEN ce n’est que de l’exhibitionnisme qui me fait honte pour la féminité.

    J’ajouterai que sans être un canon de beauté je n’ai pas un physique disgracieux, tant s’en faut, et que ce commentaire n’est pas dicté par une sotte jalousie féminine.

    • On peut être partagé en ce qui concerne les Femen, et avoir toutes sortes d’interrogations justifiées quant au mode d’action qu’elles ont choisi. Mais quand je lis « la nudité affichée des FEMEN ce n’est que de l’exhibitionnisme » je sais que c’est une pure calomnie, ne serait-ce que parce que j’ai écouté 20ms d’interview d’Amina. La question est pourquoi cette calomnie de votre part…

  2. C’est quand même bizarre cette conception moderne de la femme qui veut assimiler constamment pudeur et faiblesse, vertu et soumission, retenue et « avilissement ». Une femme peut être l’égal de l’homme pas son identique.

    Sur le même sujet : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/905128-.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s