Champs du cygne

201006261547_w350« Qui sème le vent récolte la tempête » répètent à l’envi les ouvriers en grève. Manifestant, criant, hissant hauts leurs calicots multicolores, exhibant leur détresse sous les regards insatiables de caméras impudiques. Pendant ce temps, les paysans, fidèles à leur réputation de taiseux, disparaissent dans le  silence assourdissant du mutisme médiatique. Délaissant la mission qui est la leur de nourrir, pour celle de simplement  mourir.

Ils sont plus de 600 en France à se donner la mort chaque année, dans l’indifférence générale de l’opinion et des pouvoirs publics. Soit, en moyenne, près de deux agriculteurs par jour qui se taisent à jamais faute d’avoir été entendus. Faute également d’avoir été invités dans les écrans plats à l’heure où le français moyen se ravit la panse, sans jamais penser à la vie de celui ou celle à qui il doit son plat.

Et pour cause, ils n’imposent pas leurs navets dans les salles de cinéma. Ni ne présentent leurs asperges au concours Miss France. Leur blé, ils ne vont pas le cacher en Belgique. Difficile dans ces conditions d’exciter la fibre voyeuriste indispensable pour gagner des parts de marchés. Un marché qu’ils se contentent modestement d’alimenter tous les jours des fruits de leur travail.

À l’heure où l’agriculture tient salon Porte de Versailles, le monde paysan semble déraciné. Avantages fiscaux et subventions demeurent les privilèges de grosses exploitations tenant davantage de l’industrie lourde que du respect du vivant et des cycles naturels. Pesticides, engins surdimensionnés, monocultures… Dans ce nouveau monde rural, l’agriculteur semble dépaysé.

Au sein du gouvernement, les ministres concernés feignent l’étonnement et la colère tandis que la chair du cheval remplace celle du bœuf au gré des fluctuations boursières. Aujourd’hui, c’est l’animal que l’on considère comme du « minerai de viande ». Demain, ce sera l’humain qui n’aura droit à davantage de considération. Dans un monde réduit à sa simple dimension utilitariste et financière, les paysans cultivant le goût des bons produits n’ont plus leur place.

Alors ils meurent dans leur champ même pas « d’honneur ». Pas de légion du même nom pour celles et ceux à qui nous devons pourtant notre subsistance. Sur les places des villes et des villages, les statues sont réservées presque exclusivement à ceux qui ont semé la pulsion de mort, à défaut de rendre hommage au travail des damnés de la terre.

Qui sème la vie, récolte le mépris.

 

Guillaume Meurice

24/02/2013

Publicités

2 Commentaires

Classé dans CHRONIQUES

2 réponses à “Champs du cygne

  1. Julia

    Je salue le post sur le monde paysan largement oublié, et éclipsé par l’agro-industrie sous couvert de production de masse. Un monde paysan qui nous sera bien utile pourtant pour savoir comment produire quand il n’y aura plus de pétrole (=plus d’engrais de synthèse, ni de phytosanitaires, très coûteux en énergie..). Pour autant, je trouve le post bien triste, et pas propice à la grande déconnade… J’ai un peu l’impression que le sujet n’a pas réussi à te faire rire toi-même !

  2. Eh oui, tout est dans la comm’ désormais. Y compris le suicide.
    La preuve,
    – un employé de France Télécom se donne la mort et tous les médias s’en émeuvent.
    – Un paysan se trucide ; qui s’en soucie ?

    De même,
    – un délinquant est tué accidentellement par un policier, ce dernier est confronté à l’IGN, pris à partie par les élus, renié par ses supérieurs, fustigé par le peuple.
    – Un policier est tué volontairement par un délinquant. L’info est annoncée entre deux publicités et dans un encart en troisième page des journaux.

    Ainsi va le monde avec ses priorités (pas forcément prioritaires) décidées par quelques uns pour tous dans l’indifférence générale. C’est ce qu’on appelle la démocratie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s