Histoire contemporaine

ilsurvitau« La fin de l’Histoire ». Cette expression du philosophe Hegel fut remise au goût du jour en 1989, suite à l’effondrement du système communiste, afin de décrire la prétendue victoire bienheureuse et salutaire du libéralisme économique sur toute autre doctrine politique. Plus de 20 ans après, force est de constater qu’en effet, toute l’humanité jouit d’un bien-être total, d’un épanouissement parfait, dans un environnement voluptueux, entouré de congénères bienveillants. Toute l’humanité, exception faite de quelques milliards d’individus.

Car « la fin de l’Histoire » est avant tout le début d’une autre. Un nouveau récit dont un des chapitres s’écrit en ce moment, en Chine, dans une usine Foxconn, contrainte de s’équiper de filets anti suicides pour se prémunir des velléités autodestructrices de ses employés.  En effet, l’être humain, cette machine ringarde et archaïque, mais pourtant indispensable à la chaîne d’assemblage, se plait à ruminer ses états d’âme et réfléchir sur sa condition. Pire, elle décide parfois de se saboter en se jetant du 14ème étage, afin de mettre fin à son contrat de travail sans préavis. Du personnel qui, à force de ne pas avoir droit à la parole, préfère s’écraser littéralement.

Une lâcheté dommageable pour l’image de marque du fabriquant qui a immédiatement réagi en garant de la doctrine libérale. Considérant la solution la moins couteuse, il a donc commandé un stock de filets anti suicides, et participé ainsi à l’essor économique de ce fournisseur de solutions pragmatiques.  L’histoire ne dit pas si les employés de ce fournisseur sont aussi bien traités que ceux de Foxconn, et si lui même a dû installer des filets anti suicides autour de son atelier de confection de filet anti suicides. Dans les lois de la jungle, il arrive que le serpent se morde la queue.

Par contre, l’histoire nous apprend beaucoup sur la volonté d’un patron d’empêcher le suicide de ses salariés sur leur lieu de travail. Et uniquement sur leur lieu de travail. Dans le cas contraire, il aurait opté pour de meilleures conditions d’exercice de leur profession pour lutter contre leur mal être. Ce qu’il n’a pas fait, sachant pertinemment qu’un suicide réalisé dans l’indifférence de la société ne possède pas le même ressort symbolique que celui réalisé sur le lieu des causes de la désespérance. Et qu’une entreprise n’a pas pour but de garantir l’épanouissement de ses salariés. Pas plus que le libéralisme économique n’a pour but de garantir celui de l’humanité.

Car l’essentiel est seulement de produire. Peu importe pour qui. Peu importe pour quoi. Peu importe comment et dans quelles conditions. Mais produire. Croître. Comme la grenouille croit croître pour se faire plus grosse que le bœuf. La morale de l’histoire, tout le monde la connait.

C’est la même qui s’écrit devant nous, malgré nous, avec nous, contre nous. Plus rarement sans nous, car même si nous ne tenons pas la plume, sans doute fournissons nous l’encre et le papier. Jusqu’à son point final, sa chute ?

 

Guillaume Meurice

26/12/2012

Publicités

1 commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Une réponse à “Histoire contemporaine

  1. On ne peut dénier son esprit pratique à Apple.
    Des filets anti-suicide, c’est quand même moins onéreux que pratiquer des lobotomies en masse et ça procure de la main-d’œuvre à des petits enfants asiatiques qui, eux, n’ont pas les restos du cœur pour avoir un bol de riz.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s