Le dormeur du bal

illumuination

 

 

C’est un soir de gala revigorant l’hiver

Accrochant follement aux faubourgs des pompons

D’argent. Où la magie envahit l’atmosphère

Oui, c’est un joyeux bal de cadeaux, de flonflons.

 

Un homme jeune, bouche ouverte tête nue

Et la nuque baignant dans l’euphorie des lieux

Dort. Il est étendu dans un coin de la rue

Pâle sous les néons des panneaux lumineux.

 

Les pieds dans les poubelles il dort souriant comme

Sourirait un enfant gâté, il fait un somme

Sérénité soumise au dictat de son roi.

 

Les odeurs ne font pas frissonner ses narines

Il dort dans la misère, la main sur sa poitrine

Silencieux pour toujours, muet, rigide et froid.

 

 

Guillaume Meurice featuring Arthur Rimbaud (ou l’inverse)

02/12/2012

Publicités

3 Commentaires

Classé dans CHRONIQUES

3 réponses à “Le dormeur du bal

  1. Sylvain Lignac

    Bon, joli pome, certes… que dire aprs a…? La bise

  2. BOURRY ¨Patrice

    J’adore!!!!!!!

  3. En avant première, chanson mélangée de souvenirs de Paris et Avignon.

    Le carton

    C’était un soir, manant
    à l’heure où les braves gens
    s’enferment ;
    c’était un soir,
    à l’heure où la ville se ferme, manant,
    où toutes les portes se referment
    sur les manants.

    Ce soir-là, manant
    tu n’avais pas mangé
    et tu étais gelé.
    C’était un soir, manant,
    un de ces soirs
    où tu ne trouvais
    pas de banc.

    Le métro
    même sans toi
    ne roulait plus, manant.
    Le dernier bus était passé
    et sous la pluie glacée, manant
    tu tentais d’éviter le vent.

    C’était un soir, manant
    un de ces soirs d’hiver
    comme il y en a tant,
    un de ces soirs d’été
    avant la nuit
    qui dure mille ans.

    On te jette hors des gares,
    on te bannit des endroits chauds.
    Certains voudraient
    que tu restes à l’écart,
    peut-être pensent-ils
    être faits autrement
    que toi, manant.
    Ta seule vue dérange bien trop
    les braves gens.

    Un homme
    accroupi face à toi
    ce soir-là
    te donnait sa joie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s