Dans le vent

Un ouragan médiatique. Une tornade de Breaking News. Un cyclone d’images de New-Yorkais errants hagards sur les avenues inondées. Une vague d’émotion internationale pour compatir sur le sort d’une population dont les larmes versées n’ont fait qu’aggraver le niveau critique de la montée des eaux.

En effet, la semaine dernière, la tendance journalistique était à la compassion et l’empathie suite aux dégâts causés par le passage de la tempête Sandy. Pour être dans le coup et éviter de passer à côté de l’actualité, encore fallait-il planter sa caméra dans un quartier parmi les plus riches au monde : Manhattan. Et filmer l’horreur : des Burger King fermés, Wall Street désert, et pire… Une immense panne d’électricité plongeant dans les ténèbres les bienfaits de la civilisation : buildings, écrans plasmas et Iphone 5. Impossible dès lors pour l’Homme civilisé de se rendre sur son lieu de travail, de se cultiver devant Walker Texas Ranger, ni d’accéder à l’application Devine la couleur du string de Lady Gaga.

Les citoyens de l’État d’Haïti ont eu beaucoup plus de chance : l’électricité, ils n’y avaient plus accès depuis longtemps. L’Iphone 5, ils n’en ont jamais entendu parler. Et faute de hamburgers, les aliments dont ils disposent sont tout aussi savoureux que chez Burger King : galettes de terre et eau croupie. Alors, en toute logique, quand cette même tempête est venue dévaster leur pays, les chasseurs de scoop présent sur place sont, tout comme les habitants, restés sur leur faim.

Car pour avoir les faveurs de l’actualité, encore faut-il savoir surprendre, innover, oser. La pauvreté à Haïti demeure aussi banale que l’obscénité aux États-Unis. Autant est-il probable qu’un enfant qui pleure devant sa Nintendo sur un banc de la cinquième avenue est simplement colérique ; autant est-il probable qu’un enfant qui pleure assis dans la boue des faubourgs désolés de Port au Prince est vraisemblablement cholérique.

« Qui sème le vent récolte la tempête » dit le proverbe. Qui sème l’indifférence récolte l’indécence. L’heure de la moisson a sonné pour tous les laboureurs du champ médiatique. Jean-Pierre Pernaut, Laurence Ferrari, et autres David Pujadas peuvent ainsi continuer à fermer les yeux. Les leurs, ainsi que ceux des téléspectateurs assoupis. « Bonne nuit les petits », le marchand de sable va passer. Espérons qu’il en laisse un peu aux Haïtiens. Cela leur permettra de varier leurs repas.

En attendant, le pays qui vit naitre Bob Dylan tarde à décréter hymne national ses désormais fameuses paroles : « Combien de fois un homme peut-il tourner la tête prétendant qu’il ne voit rien ? » The answer my friend, is blowing in the wind… Dans le vent…

 

Guillaume Meurice

05/11/2012

Publicités

1 commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Une réponse à “Dans le vent

  1. LittleBigFred

    Très bien mon Guillaume!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s