Islamofolie

Un climat d’islamophobie envahit le vaste monde. Aucun des cinq continents n’est épargné. Dans les rédactions, les gouvernements et chez les représentants religieux, la tension est palpable. Depuis la parution de nouvelles caricatures d’un certain Mahomet dans les pages de Charlie Hebdo, le débat s’est enflammé tel un drapeau américain dans les mains d’un salafiste émotif.

Pourtant, les attaques et sarcasmes envers les religions demeurent une tradition républicaine héritée de la révolution Française. De même que la laïcité, qui permet à chacun de vivre sa croyance – ou son absence de croyance – dans le respect de la loi. De même que la liberté d’expression qui permet à qui le souhaite de s’en amuser ou de la critiquer sans pour autant craindre agressions physiques et violence armée. En d’autres termes, « c’est de bonne guerre ».

Ainsi, il n’est nullement interdit à un moine shaolin de publier, dans Boudhisme magazine, une caricature d’athée réincarné en caca de chien. D’aucuns trouveront cela rigolo, obscène, ou sans intérêt et auront le droit de le faire savoir. De même pour une représentation du fameux Mahomet, qui demeure interdite dans le cadre d’une doctrine, pour peu que l’on y souscrive. Dans ce cas précis, l’islamophobie ne consiste pas à reproduire l’icône d’un catéchisme auquel on n’adhère pas, mais bien de considérer les fidèles de cette religion comme des individus incapables de libre arbitre, jugement critique et autre recul sur les évènements. Un racisme latent doublé d’une paradoxale mauvaise foi.

C’est ainsi qu’a déferlé, dans tous les médias, une série de réactions aussi condescendantes que paternalistes sur le thème « Pardonnez les dessinateurs, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Sous entendu : « On sait que vous, les musulmans, vous êtes idiots, susceptibles et violents mais je vous en prie, ne brûlez pas ma bagnole !! ». Ainsi le mouvement intégriste s’impose comme le porte-parole de toute une religion. Ainsi nait l’amalgame entre pratiquants d’une confession et brutes fanatiques. Raccourci fâcheux drapé dans le voile islamique du respect et de la tolérance.

Heureusement, aucune loi n’interdit d’être choqué par un dessin satirique. Évidemment, aucune loi n’impose d’acheter Charlie Hebdo.

Malheureusement, aucune loi n’oblige les dirigeants français et l’élite médiatique de ce pays à faire preuve de discernement et d’intelligence.

 

Guillaume Meurice

20/09/2012

Publicités

3 Commentaires

Classé dans CHRONIQUES

3 réponses à “Islamofolie

  1. littlebigfred

    Quel beau papier Guillaume…Un ton caustique mais tellement juste ce qui n’est pas le cas partout en ce moment…L’amalgame: Voilà le danger! Il y a malheureusement aujourd’hui un oubli des musulmans pacifistes et intègres au profits des intégristes, fondamentalistes et radicaux…Quand aux médias ils sont de plus en plus radicalement stupides et nous gavent de surenchère et de désinformations…Aux âmes citoyens!

  2. Arthur

    Ah là là… ou akbar.

  3. casey

    ça me fait rire car j aimerai bien voir ce qui se passerait si nos amis juifs etaient visés par charlie-hebdo..??? vous etes tous des chiens..!!! ne parlaient pas de laicité ou de liberté dans le pays des droits des souchiens..!!! meme lepen marine a voulait se lancer dans la diatribe de la kippa, et comme prevu ce sont toute la presse et la politique qui ce sont levées pour s’opposer comme un veto americain sur une condamnation de l onu sur la palestine occupé (israel pour ceux qui ne comprennent pas) contrairement au voile… deux poids deux mesures..!!! aux chiens enragés aboyer vos maitres vous observent ahahahahhahahahha..!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s