Rom providentiel

« Je serai le président de tous les français » affirmait François Hollande au soir de sa victoire à l’élection présidentielle. Tous. Sans exception. Tâche délicate s’il en est. Comment contenter l’ensemble d’une population aussi diverse et variée ? Une population qui choisit Yannick Noah comme « personnalité préférée » mais adhère par milliers aux thèses du Front national. En homme pragmatique, François Hollande a choisi logiquement de procéder par étapes. Après avoir invité l’auteur de Saga Africa à célébrer sa victoire place de la Bastille, il lui était nécessaire de donner des gages de confiance à la mouvance raciste du pays dont il avait désormais la charge. D’où l’intérêt d’une tête de turc. Fut-elle d’origine roumaine.

Car à l’instar du précédent gouvernement, c’est la communauté Rom qui a été choisie pour soulager la phobie du français moyen envers les peuplades barbares venues de leur misère pour lui voler son chômage. L’exécuteur des basses œuvres n’est autre que le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls qui déclarait il y a peu : « Je suis très attaché au principe de libre circulation ». « Des capitaux »oublia-t-il sans doute de préciser en chantre d’une construction Européenne fondée uniquement sur des bases économiques. La monnaie sans l’humain. L’argent sans les gens. L’euro sans le Rom.

Ce même Manuel Valls qui semble également très attaché au strict respect de la législation française. Celle qui interdit à des individus de tradition nomade d’établir des campements illicites. Étrangement moins à celle qui stipule que chaque commune de plus de 5000 habitants se trouve dans l’obligation de se munir d’une aire d’accueil pour « gens du voyage ». Nul doute que son obsession pour la lutte contre la délinquance l’incitera prochainement à engager des poursuites contre les maires hors la loi.

En attendant, leur précarité détruite à coup de pelleteuse par des préfets soucieux de « faire respecter la dignité humaine en toute circonstance », ceux que l’on nomme parfois gitans ou bohémiens expérimentent avec stupeur le slogan présidentiel « le changement, c’est maintenant ». Changement de quartier pour des familles contraintes de reconstruire un habitat hasardeux ailleurs. Ou changement de mode de transport grâce à l’aller simple en charter pour Bucarest.

L’opinion publique ainsi rassurée osera a nouveau sortir de chez elle pour toucher son RSA ou s’immoler à la CAF. Pendant que Manuel Valls se charge d’attiser les tensions communautaires, la révolution fiscale et la lutte contre la pauvreté ne semble toujours pas être à l’ordre du jour. Une diversion efficace pour une mission réussie au service de l’establishment bourgeois. Bohème ?

 

Guillaume Meurice

15/08/2012

Publicités

1 commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Une réponse à “Rom providentiel

  1. Bonjour,
    Magnifique article que vous avez écrit là.
    Mais peut-être ne suis-je pas impartiale, moi qui (et excusez-moi de me faire de la publicité), sur ma page Facebook : « La râleuse chronique » ai publié une photo de Valls avec la légende suivante :
    Regardez-bien cet homme
    et ne vous fiez pas à son air si franc
    non plus qu’à son sourire avenant.
    C’est un instigateur de pog’roms.

    C’est que, voyez-vous, je pense que, selon leur époque, les politiciens, incapables d’endiguer la misère due pour beaucoup à leur mauvaise gestion, savent trouver un ennemi pour focaliser la fureur du peuple. Et longtemps, les juifs ont servi d’exutoire ce qui est plus difficile à notre époque sans bouleverser l’équilibre « juifs-musulmans ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s