Carte bancaire vitale

« Frauder la Sécurité Sociale, c’est trahir la confiance de tous les Français » a affirmé avec vigueur Nicolas Sarkozy, dont l’expérience en matière de trahison de la confiance des Français est difficilement contestable. Après les chômeurs, passés du statut de victimes du système à celui de profiteurs, c’est au tour des bénéficiaires de l’Assistance publique, présumés suspects par un chef de l’État qui se fout à peu près autant de l’hôpital que de la charité.

La guerre est donc déclarée contre chaque citoyenne et citoyen soupçonné de jouer la comédie au pays du Malade imaginaire. Un fiévreux sous antibiotiques ne dissimule-t-il pas potentiellement un fraudeur en puissance ? Sous ses aspects comateux, un cancéreux en phase terminale n’est-il pas simplement un assisté notoire qui profite des largesses du système ? Avec fauteuils dernier cri, espaces aménagés, et malgré une actualité cinématographique favorable, même les handicapés sont loin d’être Intouchables.

Au delà de cette traque sordide, le gouvernement a lancé une série de mesures destinées à rendre l’accès aux soins plus difficile, à réduire le nombre de jours de congés maladies, à ne plus rembourser certains médicaments. Chaque patient étant dorénavant incité à se « responsabiliser ». Objectif assumé : Lui faire admettre que son état de santé met en péril la santé de l’État.

Car à son corps défaillant, la rentabilité d’un malade fait défaut. Incapable de produire autre chose que des miasmes et autres infections sympathiques, il est, en toute logique économique libérale, encouragé à supporter seul le coût de sa guérison. Ainsi assiste-t-on impuissant à l’enterrement de la Sécu, dans un trou que les responsables politiques ont lentement contribué à creuser.

Toutes les civilisations s’étant construites contre les pulsions primaires héritées de notre passé à l’état sauvage, il semble que l’Homo Sapiens Sapiens soit amené aujourd’hui à réprimer son instinct de survie pour développer un certain esprit de sacrifice. En effet, faute de moyens suffisants pour un accès au soin décent, bon nombre des individus de cette espèce sont priés de perdre leur vie afin de permettre à quelques autres de bien la gagner.

Ainsi, un autre objectif se profile tout aussi clairement : En finir définitivement avec le principe de solidarité nationale et céder le marché de la santé aux cliniques, mutuelles et autres entreprises spécialisées. Une politique de gestion publique au profit d’intérêts strictement privés.

Bref, soupçonner les malades pour mieux se partager les bénéfices du doute.

 

Guillaume Meurice.

26/11/2011

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Une réponse à “Carte bancaire vitale

  1. L.

    Tout d’abord, je pense que par « Mutuelle », notre humoriste « cortiqué » veut dire « complémentaire santé ». En effet parmi les complémentaires santé, les mutuelles sont celles qui cèdent le moins au libéralisme (économie sociale juridiquement, pratiquement et intellectuellement différente de l’économie capitaliste).
    Ensuite, pour compléter sa réflexion, j’aimerai rappeler quelques éléments économiques contre-intuitifs. Le système français n’est pas le plus coûteux mais il est le plus efficace. Les chiffres varient mais conservons les ordres de grandeur :
    La France dépense 12% de son PIB en santé pour une couverture de 97% de sa population en ayant la première place dans le classement OMS pour l’état de santé de la population.
    Les USA dépensent 16% de leur PIB pour une couverture de 70 % (en hausse signifiactife grâce à Obama) et pour une 35ème place dans le classement OMS, entre la Slovénie et le Costa Rica.

    Tout ça pour dire qu’il est faut de dire que nous n’avons plus les moyens de payer une santé solidaire. C’est le contraire. C’est le privé qui coûte cher à la nation.

    L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s