Pourrie plage

Votre voisine de parasol secoue sa serviette pleine de sable sur votre sandwich au pâté. Un enfant rougeaud hurle à la mort à dix centimètres de votre oreille gauche. Au loin, la voix exaltée d’un vendeur d’éponges graisseuses : « les gaufres, les beignets, les chichis ! ». Ne rêvez plus. Vous y êtes. À la plage ! Enfin s’offre à vous la promesse de fraicheur d’une baignade salutaire… STOP ! N’y comptez pas une seconde. Vous êtes en plein cœur de Paris, et la promesse date de 1988, année durant laquelle Jacques Chirac décréta que s’il devenait maire de la capitale, il se baignerait dans la Seine à la fin de son mandat. Plus de 20 ans plus tard, force est de constater que l’homme amateur de bonne chair et d’art primitif – allant jusqu’à conjuguer ses deux passions en épousant Bernadette -, a davantage été mouillé dans des affaires de corruption qu’il n’a trempé son adipeux postérieur dans l’eau souillée du fleuve.

 

SUITE ET FIN dans le livre “Guillaume Meurice chronique la société“, recueil de plus de cinquante chroniques illustré par le dessinateur de presse Babouse (Charlie Hebdo, l’Humanité…) et préfacé par le comédien François Morel. (pour commander l’ouvrage, cliquez ici)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s