La faim et les moyens

Les traditions. Socle séculaire sur lequel repose des coutumes ancestrales, de vagues habitudes devenues culturelles. En France, pays des droits de l’Homme et du fromage, la gastronomie est partie intégrante d’un patrimoine qui fait la fierté de Jean-Pierre Coffe, égérie de Leader Price et dépositaire du bon goût. A l’inverse en Somalie, c’est la famine qui demeure la spécialité locale ; tant le téléspectateur repus devant le journal de 20 heures semble s’être accoutumé aux images récurrentes d’enfants rachitiques, regard dans le vague et mouches autour des yeux. Et si l’envie lui vient de vomir ses flageolets, ce n’est pas par dégoût d’une situation humanitaire insoutenable, mais bien à cause du cassoulet promu par l’ex-pourfendeur devenu vendeur de malbouffe.

 

SUITE ET FIN dans le livre “Guillaume Meurice chronique la société“, recueil de plus de cinquante chroniques illustré par le dessinateur de presse Babouse (Charlie Hebdo, l’Humanité…) et préfacé par le comédien François Morel. (pour commander l’ouvrage, cliquez ici)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s