La sécurité ou l’emploi

Le talent et la bravoure des CRS français ne sont plus à démontrer. Adroits au point de viser l’œil d’un lycéen avec un flash Ball à plus de 10 mètres. Courageux au point d’électrocuter un contestataire passionné avec un Taser, sans trembler. Endurant au point d’administrer des coups de matraques répétitifs sur un manifestant belliqueux étendu sur le sol, sans risquer ni tendinite, ni lumbago. Ce n’est nullement un hasard si leur attachée de presse Michèle Alliot-Marie vante leurs mérites et propose leurs services aux dictateurs vacillants.

Mais aujourd’hui, cette fierté du patrimoine Français est en danger. Le ministère de l’Intérieur menace de fermer plusieurs compagnies de ces vaillants défenseurs de la République. Comble de malheur pour ces habitués des manifestations et des mouvements de protestation, ils sont privés d’un droit qu’ils connaissent sur le bout de leur matraque : le droit de grève. Ceci a pour mérite d’entériner une concordance historique portant sur le nombre de manifestants présents dans les cortèges. Zéro selon les organisateurs. Idem selon la police.

 

SUITE ET FIN dans le livre “Guillaume Meurice chronique la société“, recueil de plus de cinquante chroniques illustré par le dessinateur de presse Babouse (Charlie Hebdo, l’Humanité…) et préfacé par le comédien François Morel. (pour commander l’ouvrage, cliquez ici)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s