Faits d’hiver

Avez vous remarqué comment les animaux s’adaptent à l’approche des frimas hivernaux ? Le loir hiberne dans nos greniers, les hirondelles s’envolent lâchement vers de plus douces contrées, le pelage de la chatte Nouchka s’épaissit (si j’avais été Jean-Marie Bigard, j’aurais eu une excellente blague). C’est que la sélection naturelle a paré certaines espèces de moyens adéquats de lutte contre les basses températures. Avez vous remarqué que les humains en sont naturellement dépourvus ?

C’est ainsi que très tôt, ils ont dû s’adapter en s’emparant de la peau d’espèces qui se trouvaient à portée de lance. Chaque catégorie s’étant spécialisée au fil de milliers d’années. Aujourd’hui, les fans de Johnny choisissent de la peau de vache tannée pour se confectionner des blousons ; quand le choix de « vieilles connes » se porte plus volontiers vers des manteaux en fourrure d’espèce en voie de disparition.

SUITE ET FIN dans le livre “Guillaume Meurice chronique la société“, recueil de plus de cinquante chroniques illustré par le dessinateur de presse Babouse (Charlie Hebdo, l’Humanité…) et préfacé par le comédien François Morel. (pour commander en ligne : www.guillaumemeurice.fr)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s