La lutte des classements

Un sprinteur étendu sur la piste d’athlétisme pleure à chaudes larmes. Réminiscence d’une déception amoureuse ? Souvenir ému d’un proche disparu ? Prise de conscience de la détresse des populations du Darfour ? Rien de tout cela. Il vient de terminer sa course à la quatrième place. Il ne montera pas sur le podium. C’est là son drame.

Une vie entière consacrée à courir le plus vite possible ; mais surtout, plus vite que les autres. Avec pour unique objectif : monter sur un podium. Car si ce podium comportait quatre marches, nul doute que le cinquième serait inconsolable.

Force est de constater que l’esprit de compétition domine le monde. Sport, finance, art… On organise des concours d’à peu près tout et n’importe quoi. La plus belle des miss, la plus grande des saucisses (qui peuvent être les mêmes)…  Dès l’école, on évalue, on juge, on classe.

SUITE ET FIN dans le livre “Guillaume Meurice chronique la société“, recueil de plus de cinquante chroniques illustré par le dessinateur de presse Babouse (Charlie Hebdo, l’Humanité…) et préfacé par le comédien François Morel. (pour commander en ligne : www.guillaumemeurice.fr)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans CHRONIQUES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s